Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
الرئيسية » حوارات صحفية » Entretien avec Samia Lamrani -Association Insat et Membre du CRDH

Entretien avec Samia Lamrani -Association Insat et Membre du CRDH


Entretien avec Samia Lamrani -Association Insat et Membre du CRDH

Dans cet entretien, et à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de la femme, Samia Lamrani dévoile les problèmes dont souffre la femme dans la Région Tadla Azilal.

« A Tadla Azilal, le problème des Droits de la femme se pose avec une acuité désespérante. »

[U]Azilal online : [/U]quelle est la situation de la femme dans la Région Tadla Azilal ?
Samia Lamrani : en tant qu’actrice sociale, membre de l’Association Insat, pour le soutien des femmes objets de violence ; j’ai vécu de près la situation critique de la femme à Tadla Azilal. Et lorsque je suis devenue membre du Conseil régional des Droits de l’Homme, j’ai plus découvert la vraie situation dans laquelle se morfond la femme de la Région.

[U]Azilal online : [/U]Pourriez-vous nous donner plus d’explications à ce sujet ?
Samia Lamrani : La situation de la femme à Tadla Azilal n’est pas différente de celle de la femme sur le plan national. A Tadla Azilal, le problème des Droits de la femme se pose avec une acuité désespérante. Moult problèmes subsistent qui font de la femme un simple objet à la merci des caprices des parents, du mari…On continue à marier les mineures avant 18 ans. Malgré les progrès réalisés dans la lutte contre ce genre de mariage qui est considéré telle une tradition dans quelques régions, la Moudouana n’est pas encore prise en considération surtout dans les régions montagneuses les plus isolées. Il y a aussi la persistance de l’application des coutumes et traditions dépassées et qui portent atteinte aux Droits de la femme malgré les campagnes de sensibilisation organisées par l’Etat, les Associations et la société civile… Dans des régions, la femme vit encore dans le calvaire du mariage de la Fatiha sans acte de mariage. Souvent, elle devient objet de violence et de viol, c’est le cas d’Amina, par exemple, qui s’est dernièrement donné la mort car elle n’a pas accepté d’épouser son violeur. Cependant, à Tadla Azilal, des progrès louables ont été initiés en vue de la régularisation d’un grand nombre de mariages. L’action en reconnaissance de mariage qui commence à se réaliser est un pas en avant dans le respect de quelques Droits de la femme.

[U]Azilal online : [/U]Qu’en est –il de l’analphabétisme qui porte atteinte à la situation de la femme dans la Région ?
Samia Lamrani : Selon le Haut Commissariat au Plan, dans son rapport annuel, le taux d’analphabétisme des femmes ne cesse d’évoluer. De surcroît, l’abandon scolaire fait tâche d’huile dans les rangs des filles surtout à la fin des études primaires. Pire, les femmes sont marginalisées et reléguées au second plan à cause de la pauvreté, de la précarité…Au niveau de la prise en charge des femmes victimes de violence et du mariage avec des immigrés, beaucoup de dispositions et de mesures devraient être prises pour préserver les Droits de la femme dans la Région. Après quelques jours ou quelques mois de mariage, la fille, encore très jeune, fuit le foyer conjugal à cause des sévices de son mari qui quitte le pays pour travailler à l’étranger en laissant derrière lui une jeune femme inexpérimentée et sans aucun soutien. Ce qui la pousse à la prostitution, à la drogue…Nous sommes donc tous tenus de travailler en concertation dans le but de protéger les Droits de la femme qui est, après Dieu, la créatrice de nos jours.

Propos recueillis par SAID FRIX
BENI MELLAL
[email]frix.aujourdhui@gmail.com[/email]

لا تعليقات

  1. je m’excuse madame, mais la croissancet dangereux de l’abandon scolaire des filles dans la région de Tadla-Azilal est due essentiellement au manque des etablissements de reception non pas à la mentalité de la population.

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*